[Tendance] L’interview du mois – Christian de Boisredon : « Le numérique est une chance unique pour la solidarité »

Visuel_ChristiandeBoisredon_600x335
Le 29 / 02 / 12 | Posté par Romain Levesque
[Tendance] L’interview du mois – Christian de Boisredon : « Le numérique est une chance unique pour la solidarité »

Mercredi 22 février, le blog « Faisons du Numérique une chance » a rencontré Christian de Boisredon, le cofondateur de Reporters d’Espoirs et fondateur de Sparknews, un agrégateur de vidéos sur les initiatives et solutions qui sera lancé en juin 2012. Cela a été l’occasion pour nous d’aborder avec lui son rapport au numérique solidaire.

 

La première fois que le numérique a été utile pour vous ?

C’était lors de mon Tour du Monde de l’Espérance, réalisé avec deux amis en 1998.  Nous étions les premiers à faire un tour du monde à la rencontre des initiatives solidaires et nous avons voulu les partager sur internet. Sans aucune expérience en HTML, nous avons acheté le guide « comment faire son site pour les nuls » et nous avons sorti après de nombreuses nuits blanches notre premier site web de partage des solutions. Et nous avons eu plus de 150 000 connexions (cela nous semblait incroyable à l’époque !). C’est comme ça que j’ai découvert la puissance du réseau pour partager notre témoignage. Le numérique nous a fait décoller !

 

Le numérique est-il une chance ? 

D’abord, dans les pays en développement, le numérique est sans aucun doute une chance unique pour la solidarité. Par exemple, une initiative comme Reuters Market Light offre à 4 millions d’agriculteurs indiens des informations capitales sur la météo, les prix du marché ou la propagation d’épidémies. Fort de ces informations envoyées par mobiles, ils améliorent leurs prises de décisions et gagnent en moyenne 4000$ par an grâce à ce service. Au Ghana, l’ONG MPedigree lutte contre la contrefaçon de médicaments grâce aux sms. Au Bangladesh, Muhammad Yunus est en train de mettre en place un système de diagnostic médical par centre d’appel et téléphone mobile interposés pour les villages privés de médecin. C’est potentiellement 100 millions de personnes qui seraient impactées.

Ensuite, c’est un outil extraordinaire pour mobiliser et sensibiliser les populations aux enjeux politiques ou environnementaux. Comme en Estonie où Rainer Nolwak, révolté par le nombre de décharges sauvages présentes dans son pays, a fait établir par ses compatriotes une cartographie des ces dernières grâce à une appli mobile de géolocalisation. Dans la foulée, il a mobilisé, grâce aux médias et aux réseaux sociaux, 50.000 estoniens qui ont nettoyé ces 10.000 tonnes d’ordures en 5 heures. C’était le premier clean-up day. Depuis, il y en a eu dans 16 pays mobilisant plus de 2 millions de personnes.

Enfin, en France, des initiatives comme Voisin-âge pour créer du lien social et du service entre jeunes et vieux ou des applis permettant de jauger la note développement durable des produits dans les rayons grâce aux codes-barres allient numérique et solidarité. On peut également citer Babyloan ou Kiva qui en est bientôt à son 300 millions de dollars prêté aux micro-entrepreneurs via sa plateforme web. Aujourd’hui, une initiative comme MakeSense rameute grâce à sa page facebook des centaines de passionnés qui viennent apporter leur créativité et leurs idées à des entrepreneurs sociaux. C’est d’ailleurs grâce à eux que l’on a trouvé le nom Sparknews. Rien de tout ça n’aurait été possible sans le numérique.

 

Quelles tendances numériques solidaires vous ont frappé dernièrement ?

Ce qui me passionne, c’est de voir les pays en voie de développement nous dépasser. En termes de paiement par mobile par exemple. Quand ce moyen de paiement devient la norme ailleurs comme au Kenya avec M-Pesa, nous, les occidentaux, n’arrivons même pas à nous entendre sur des normes tant les intérêts des acteurs divergent. Je trouve passionnant de voir que le fait que certains pays n’aient pas eu de réseau téléphonique rural fixe a été un atout pour aller plus vite dans le déploiement du mobile.

Dans le même temps, je trouve tout aussi passionnant de voir que certaines technologies simples et connues depuis des lustres puissent redevenir la solution dans certains cas, comme l’utilisation des ondes radio pour envoyer et recevoir des emails dans le cas de zones très reculées sans relais téléphonique ou satellite.

 

Et selon vous, quelles sont les prochaines innovations qui révolutionneront notre approche du numérique ?

Je pense que nous n’avons pas encore exploité 90% des possibles et c’est justement ce qui est passionnant et plein d’espoir. Tous les jours une innovation peut naître et trouver des relais grâce aux réseaux numériques. Dans le cadre de Sparknews, nous trouvons en permanence des initiatives incroyables dont nous n’avions jamais entendu parler. Souvent, nous pensons : « mais comment est-ce possible que personne n’ait eu l’idée avant » ou « comment est-ce possible que si peu de personnes n’en ait parlé avant ? ». Juste un exemple. Nous avons découvert grâce au reportage d’une grande journaliste - Catherine Berthillier - un homme qui a réinventé les lunettes universelles : à partir d’un brevet tombé dans le domaine public, il a créé des lunettes dont on peut régler la focale avec une petite molette afin de l’ajuster en 10 secondes à n’importe quelle vue. Ces lunettes coûtent moins de 2 dollars et conviennent à 93% des 1 milliard de personnes qui ont besoin de lunettes sans avoir les moyens jusqu’à maintenant de se les procurer. Nous avons découvert ce reportage grâce au numérique puisqu’aucun média n’en avait parlé. Il n’était d’ailleurs disponible que sur internet. C’est ensuite grâce à Sparknews que cette solution innovante va contribuer à essaimer, d’autant que nous l’avons présentée à Essilor pour qu’ils apportent leur concours au développement de cette innovation. Nous organiserons quand même une bonne vieille rencontre autour d’une bonne table car bien qu’essentiel, le numérique ne fait pas tout, heureusement !

 

Pour conclure, quels sont vos projets en ce moment ?

Comme je l’évoquais précédemment, je suis en en train de lancer Sparknews, un agrégateur en ligne de reportages sur les initiatives, les solutions ou les portraits d’entrepreneurs sociaux en tout genre qui sera officiellement lancé le 1er juin. L’objectif est de rendre disponible des reportages de grande qualité diffusés par les grandes chaînes d’informations mais aussi des reportages institutionnels ou produits par le grand public sur une plateforme unique. Ils étaient jusque-là très difficiles à trouver.  Ces reportages vont ainsi venir nourrir une base de données des best practice solidaires en vidéo mais aussi une communauté de journalistes de tous médias qui s’intéressent aux solutions et aux initiatives solidaires. Parallèlement, je produis une fiction cinématographique inspirée de la vie de Muhammad Yunus, le père du micro-crédit et Prix Nobel de la Paix 2006, qui sera réalisée par Phyllida Lloyd, la réalisatrice de Mamma Mia et de La dame de fer, qui vient de sortir au cinéma avec Meryl Streep.

 

 

En savoir plus sur Christian :

Christian de Boisredon est un entrepreneur social et producteur. Né en 1974, il a réalisé à l’âge de 24 ans un tour du monde à la rencontre des hommes et des femmes qui font avancer le monde. Il en a tiré un livre avec ses deux compagnons de voyage « L'espérance autour du Monde »  qui est devenu ensuite un bestseller et a initié une vague de tours du monde engagés. Pionnier, il l’a été également en confondant en 2003 Reporters d’espoirs qui est devenu la première agence de presse à traiter des initiatives et des solutions. Retiré progressivement de l’aventure depuis 2007, il se consacre aujourd’hui au lancement de Sparknews et à la production du biopic dédié à Muhammad Yunus.

 

www.sparknews.com et http://www.facebook.com/Sparknews